GANIT lance la 1ière édition de BZH Business le 27 septembre

Le 27 septembre prochain, le regroupement territorial d’entreprises GANIT organisera l’événement « BZH Business » à l’Institut de Locarn.

BZH Business s’adresse à tous les entrepreneurs, commerçants, artisans et professions libérales du territoire Centre Ouest Bretagne qui souhaitent sortir de leur isolement, échanger sur différentes problématiques et projets dans un esprit d’entraide et de solidarité.

L’événement « BZHbusiness » sera l’occasion de  découvrir des ateliers, interventions pour faire découvrir des solutions originales, innovantes mais toujours collaboratives : l’emploi partagé, les Bretons expatriés, la préférence aux entreprises locales avec le Small Business Act, des levées de fonds sur Internet…. Autant de sujets, de propositions, de possibilités de tisser des liens et d’imaginer de nouvelles idées pour se développer.

Rendez-vous à partir de 17h00, à l’Institut de Locarn, Kerhunou, 22340 Locarn.

Programme :

17h : Ouverture

Ateliers (présentation du chèque cadeau)
Interventions (de 17h30 à 19h30 – le programme sera détaillé sur place)
Stands (des intervenants dans le hall d’accueil)
Animations (créer gratuitement une page web pour votre activité)

19h00 : Interventions suivies d’un pot de l’amitié

Pour participer à l’événement « BZHbusiness », le 27 Septembre à partir de 17h00, à l’Institut de Locarn, veuillez vous inscrire en cliquant sur ce lien :

Inscription

Découvrez la lettre de Michel Chatillon, Chocolatier à Pleyben, sur l’intérêt de participer à cet événement en cliquant sur le lien suivant :

Lettre de Michel Chatillon

Pour plus d’informations : info@bzhganit.com

 

 

Le logo BZH Business a été créé par : paul.follezou@gmail.com – graphiste/illustrateur

 

2 réponses à GANIT lance la 1ière édition de BZH Business le 27 septembre

  1. CADIEU 23 octobre 2014 à 6 h 01 min #

    Bonjour,

    compagne d’un petit indépendant (Transport Courses Urgentes – 3,5 T Longues Distances CEE), pendant 23 ans, après un passage en Multinationale (8 ans, Restauration ferroviaire et Tourisme) je m’intéresse toujours, (même si désormais je ne fais plus partie du monde de l’ En/se : Aide à Domicile. Par choix) , au devenir économique des Territoires (je précise : ancienne Conseillère Municipale, ici au Pays Basque. Bretonne de par mes origines. La famille de ma mère est de Duault).

    Maintenant plus que jamais, nous devons développer en harmonie avec nos territoires respectifs, et en phase avec le Monde d’aujourd’hui (Diaspora).

    Pas de Social sans Economie. Les Forces Vives.

    Je crois plus en une pépinière de petites entreprises. Solides, viables. Saines, financièrement parlant (éthique). De petites, moyennes unités, plus mobiles, réactives. Car le monde économique demande à l’ heure actuelle une très grande souplesse, un très grand sens de l’adaptabilité, donc d’ innovation.

    Sans pour cela se disperser. D’ où l’ intérêt des rapprochements et échanges entre différents entrepreneurs qui peuvent être concurrentiels entre eux, mais aussi complémentaires. Si l’ on veut aménager le territoire, on demande de la cohérence (surtout lorsqu’ il s’ agit d’ y engager les finances publiques). Cela passe aussi, et avant tout, par le tissu économique. Le potentiel d’ un territoire, et les énergies en présence : les entrepreneurs, les patrons, les décideurs. Tournés vers les populations locales. Sachant insuffler leur dynamisme à leur équipe, la faisant pleinement adhérer à la stratégie de l’ En/se. Conscients que la réussite c’ est aussi des salariés responsables, donc véritables acteurs dans l’ En/se, et non simples instruments de rentabilité.

    Nous devons redresser la France, et nous tourner vers le Monde (globalisation).
    Mais pas à n’ importe quel prix. Nous avons des savoir-faire ancestraux, qui évoluent, s’adaptent aux temps modernes. Nous avons, à tous niveaux de compétence, l’ intelligence nécessaire pour réussir ce pari.

    La crise est mal vécue. Beaucoup de nos concitoyens souffrent. Et cependant je vois beaucoup de solidarités se mettre en place.

    La crise est pour moi salutaire. Elle va nous permettre une remise en question sérieuse de la société dans son ensemble.

    Une seule valeur à mes yeux, la Valeur Travail. Celle qui confère à tout être humain sa dignité. L’ amour du travail bien fait, en pleine considération de celui qui l’ accomplit, et qui contribue à l’ effort collectif.

    Bien à vous,
    Colette CADIEU

  2. Lotoux-Pioch Caroline 24 octobre 2014 à 16 h 02 min #

    Madame,

    Un grand merci pour votre message, et au plaisir d’échanger plus amplement avec vous.
    Nous nous tenons à votre écoute info@bzhganit.com

    Pour l’équipe de GANIT, Caroline Lotoux-Pioch

Laisser un commentaire