L’éditorial du président : Tendons la main à la Bretagne

Nous aimerions tendre la main à la démocratie en cet instant où elle chancelle dans sa représentation et dans son expression. 

Nous lui avons tendu la main en la personne de Jean François Copé, un candidat déclaré à la candidature présidentielle. Les débats ont été francs et courtois. Voici ce qu’en dit notre ami Jean Pierre Le Mat : 

« Tout au long de la réunion, j’ai senti planer deux ombres. La première est celle de l’effondrement institutionnel. Jean-François Copé a insisté, lors de toutes les interpellations, en rappelant la nécessité d’une autorité centrale. 

La deuxième ombre est celle de l’effondrement territorial. Pour les participants de Locarn, les préoccupations culturelles et économiques se rejoignent. 

Du côté de Jean-François Copé, l’enjeu est celui de l’autorité.

Du côté de Locarn, l’enjeu est celui de la confiance. Peut-on avoir les deux ? 

On peut en rêver. Je constate que la société bretonne (et française) aspire à un climat de confiance, non d’autorité. Ainsi, au delà des ombres qui planent, l’avenir appartient aux territoires, non aux institutions. » 

Nous tendrons la main à d’autres candidats. 

Et si nous tendions la main à la Bretagne : 

Des pans entiers des activités qui font battre le Coeur de la Bretagne sont en déshérence. Au moment où il faudrait être impliqué dans la mise en Œuvre d’une Stratégie pour le territoire, chacun s’interroge pour savoir d’où pourrait venir la vision, qui pourrait engager la confiance, qui devrait conduire l’action…

N’est-il pas là un sujet essentiel pour notre Université des 25 et 26 août : 

Tendons la main à la Bretagne. 

Alain Glon 

Les commentaires sont fermés.

Institut de Locarn

Inscrivez-vous !

Fermer cette fenêtre

Recevez toutes les informations sur les activités de l'institut de Locarn

  • Rencontres
  • Conférences
  • Formations
  • Publications