Le vocabulaire du complot

 

Pour dénoncer les complots avec la rigueur du professionnel, il faut un vocabulaire de professionnel.

Prenons le cas du productivisme. Personne ne se réclame de cette curieuse idéologie. C’est donc que les productivistes sont des hypocrites. Ils avancent masqués. Un complot productiviste existe, forcément.

Pour le démasquer, voici comment il faut s’exprimer.

 

  • Les gens bien ont des associations et des syndicats. Les productivistes ont des lobbys.
  • Les gens normaux défendent des droits. Les productivistes défendent un modèle.
  • Les productivistes utilisent des pesticides. Les gens normaux utilisent des produits de traitement.
  • Les productivistes bourrent les poulets et les cochons de médicaments chimiques. Les éleveurs normaux prodiguent des soins à leurs animaux.
  • Les gens normaux se soumettent à une éthique. Les productivistes sont soumis à l’industrie.
  • Les gens normaux se retrouvent entre amis. Les productivistes fréquentent des compères.
  • Quand ils se fâchent, les anti-productivistes expriment leur colère. Les productivistes expriment leur haine.
  • Les anti-productivistes lancent des alertes. Les productivistes stigmatisent.
  • Les anti-productivistes interpellent. Les productivistes agressent.
  • Les anti-productivistes ont des idéaux. Les productivistes ont des intérêts.
  • Quand un scandale éclate dans l’agriculture productive, il faut le replacer dans le contexte. Quand un scandale éclate ailleurs, il faut éviter les amalgames.
  • On comprend les anti-productivistes en écoutant ce qu’ils mettent en avant. On comprend les productivistes en imaginant ce qui se cache derrière.
  • Le bon paysan cultive des variétés sélectionnées. Le productiviste implante des organismes modifiés.
  • Une plante résistante à une maladie, quand elle est utilisée par un productiviste, sécrète un poison chimique. Quand elle est utilisée par un agriculteur normal, elle permet d’éviter des traitements chimiques.
  • L’algue caulerpe qui prolifère en Méditerranée et la jacinthe d’eau qui prolifère dans les lacs africains sont des plantes invasives. Elles méritent d’être étudiées. Les algues vertes qui prolifèrent sur les côtes bretonnes sont des symboles du productivisme. Elles méritent d’être dénoncées.
  • La pénicilline est un antibiotique extrait d’un champignon. Pour lutter contre les maladies bactériennes, il ne faut surtout pas utiliser des antibiotiques, mais des produits naturels à base d’extraits de plantes. Les champignons sont des plantes.

 

The Spy of Kreiz Breizh

Recevez les infos!

Toutes les informations sur les activités de l'Institut de Locarn : Conférences, formations, séminaires, etc.

 

Nous ne diffusons pas vos informations.

Merci !

Sortie en librairie le 10 mars 2017

Ils se sont mis à dix pour vous dire : « Bretons, choisissons notre destin ! »

La Bretagne a 99 % de ce qu’il faut pour bien vivre, osons le reste !
Changer le vote de 100 000 électeurs ne change rien, devenir 100 000 consom’acteurs change tout !

Visitez Locarn-Editions et achetez ce livre


 

  • Alain GLON, Entrepreneur, Président de l’Institut de Locarn
  • Marc HALEVY, Prospectiviste
  • Xavier FONTANET, Entrepreneur
  • Jean Pierre LE MAT, Créateur informatique, Historien
  • Jean OLLIVRO, Géographe, Enseignant
  • Danielle EVEN, Agricultrice
  • Claude PRIGENT, Artisan, Président de Breizh TPE
  • Jean Pierre COÏC, Avocat
  • Yves BRUN, Expert Comptable
  • Jakez BERNARD, Economie et Culture